Que faire en cas de désaccord estimation maison divorce ?

S’accorder sur la valeur vénale d’un bien immobilier peut être une source de conflits entre les époux en instance de divorce. Ce désaccord d’estimation est en général le produit de l’attachement émotionnel ou des avis divergents des agents immobiliers.

Il est impossible d’établir un accord équitable sur le bien immobilier sans effectuer une évaluation adéquate au préalable. La présence d’un éventuel désaccord peut impacter négativement la procédure de divorce.

Ce problème est plus fréquent chez les couples qui possèdent une grande variété d’actifs. Les désaccords sur la valeur de la maison familiale ne sont pas à négliger,  car ils peuvent engendrer des litiges complexes.

Que faire en cas de désaccord sur l’estimation de la valeur vénale d’une maison lors d’un divorce ? Comment résoudre le désaccord ? Pourquoi est-il préférable de proscrire un éventuel désaccord d’estimation en cas de divorce ? Comment estimer la valeur d’une maison ?

Nous faisons le point de toutes vos préoccupations dans cet article !

Que faire en cas de désaccord sur l’estimation de la maison lors d’un divorce ?

Le désaccord sur l’estimation du domicile conjugal est un problème que rencontrent les couples qui souhaitent se séparer. Cette situation intervient en général lorsque l’un des conjoints surestime la valeur vénale du bien commun par rapport à l’autre.

Les différentes opinions des partis sur l’évolution du marché immobilier ou l’état de la maison peuvent aussi influencer ce désaccord. L’un peut estimer que le moment n’est pas propice pour liquider la maison ou la maison peut être vendue à un meilleur prix ultérieurement.

Voici les options que vous pouvez envisager en cas de désaccord sur l’estimation de votre domicile avec votre conjoint :

  • Établir une communication ouverte avec l’autre afin de prendre une décision conjointe,
  • Faire intervenir les avocats respectifs si la communication est difficile,
  • Se tourner vers la justice lorsque les précédentes options n’ont pas abouti.

Comment résoudre le désaccord ?

La meilleure façon de résoudre un désaccord sur l’estimation d’un bien commun est de s’accorder. En outre, mieux vaut éviter cette situation complexe que de la résoudre. Si vous êtes déjà en désaccord, nous vous conseillons d’opter pour la communication ou la médiation.

La communication ouverte intervient pour établir un terrain d’entente. Elle permet à l’un de comprendre les raisons de l’autre. S’il est impossible pour le couple de communiquer, les négociations peuvent se faire par l’intermédiaire des avocats respectifs.

La médiation des avocats respectifs est utile lorsque les conjoints n’arrivent pas à avoir une communication saine. Ces experts sont attitrés pour résoudre ce type de conflits. Ils peuvent vous suggérer des solutions alternatives comme :

  • Le rachat des parts de votre conjoint,
  • La proposition d’autres biens en échange du domicile conjugal.

Si les tentatives d’arrangement à l’amiable n’aboutissent pas, il faudra solliciter l’expertise d’un avocat spécialisé en droit de la famille. Il vous fournira les conseils adaptés à votre situation.

Pourquoi faut-il éviter le désaccord pour l’estimation de la maison ?

Il est nécessaire d’éviter le désaccord sur l’estimation de votre maison afin de préserver la paix. Les couples doivent se préparer en conséquence et prendre des résolutions conjointes avant d’entamer la procédure de divorce.

Le désaccord sur l’estimation de la maison à de lourdes conséquences d’où la nécessité de l’éviter. Ce problème peut impacter la durée du processus de divorce. C’est une véritable source de conflit qui peut amener les conjoints à se disputer sur la valeur de leur maison durant des mois.

En l’absence d’un commun accord sur les modalités de liquidation d’un domicile conjugal, les conjoints sont contraints de faire intervenir des experts. Cette intervention requiert des frais qui constituent une charge supplémentaire pour chaque parti.

Les couples qui ne s’accordent pas sur l’estimation de leur maison renvoie une mauvaise image d’eux auprès des tiers, des avocats et des juges. La solution idéale serait donc de prendre des mesures adaptées pour éviter de se retrouver dans une situation pareille.

Pour éviter un désaccord de ce genre, les conjoints doivent faire appel à des experts immobiliers capables de bien estimer la valeur vénale de leur domicile. La meilleure solution reste la négociation des partis.

Ils doivent parvenir à trouver un accord à l’amiable ou s’en remettre à un tiers capable de trancher le différend de façon impartiale. Respecter ces mesures évite aux conjoints des frais supplémentaires et des retards causés par un désaccord sur l’estimation de leur maison.

Comment faire si mon ou ma conjointe ne veut pas vendre la maison ?

Le refus d’un conjoint de vendre la maison peut complexifier la procédure de divorce. Pour éviter les conséquences liées à ce désaccord, vous pouvez entamer un dialogue avec l’autre, négocier ou avoir recours à la justice.

Le dialogue avec votre conjoint vous aidera à voir clair sur ses motivations. Il/elle pourra vous donner les raisons de son refus de vendre la maison. Vous trouverez ainsi une solution qui convient aux deux partis.

La négociation nécessite l’intervention de vos avocats respectifs. Ces spécialistes vous donnent des conseils juridiques adaptés à ce type de désaccord et vous proposent des solutions alternatives.

Si les tentatives de négociations perpétrées par vos avocats échouent, ayez recours à la justice. Un avocat spécialisé en droit de la famille doit vous représenter et élaborer la procédure de vente forcée de la maison.

Comment calculer la valeur d’une maison en cas de divorce ?

Le  calcul de la valeur d’une maison en cas de divorce repose sur les mêmes critères qui impactent l’estimation immobilière de vente. Il s’agit de fixer un montant adéquat avec le flux du marché immobilier actuel.

Pour estimer la valeur d’une maison, les professionnels prennent en compte des critères susceptibles d’apporter une plus-value :

  • Le positionnement de celle-ci dans le quartier par rapport aux commerces, aux transports, etc.,
  • Les caractéristiques du logement,
  • Les aménagements réalisés.

En sus, ils comparent les atouts de votre maison avec les biens équivalents récemment vendus afin de définir son prix. L’estimation peut être inférieure au prix d’achat lorsque certains défauts dévaluent votre maison :

  • Le manque d’entretien,
  • La non-conformité aux réglementations en vigueur,
  • L’état du quartier, etc.

Vous l’aurez compris, le désaccord sur l’estimation d’une maison est un épineux problème qui peut entraver la procédure de divorce. Les conjoints doivent l’éviter et solliciter les services des experts indépendants capables de leur fournir une estimation adéquate.